En mars, le soleil fait des farces…

Au mois de mars, la nature se réveille doucement et le jardinier peut se consacrer davantage à la culture grâce aux jours qui rallongent progressivement. Cependant la météo peut être très variable et pousser à s’adapter et à protéger la culture en fonction des risques auxquels elle est exposée.

Ainsi, en mars, le soleil peut se montrer particulièrement généreux et nécessiter l’installation anticipée de 
toiles d’ombrage  afin de protéger vos boutures. Dans ces conditions il faudra aussi veiller à un taux d’humidité suffisant dans la serre. Il sera alors temps de vous constituer une  réserve d’eau , aussi bien pour l’arrosage que pour le bassinage (càd l’humidification du sol et des tuyaux de chauffage) qui préviendra le dessèchement des plantes résultant d’une transpiration excessive.

A l’inverse, le mois de mars peut encore être très froid et/ou humide. Il s’agira dans ce cas de prévenir la formation de pourriture et moisissures. Malgré une météo peu claimante, l’aération régulière de la serre reste donc un élément déterminant pour la réussite de vos cultures.

Semer, bouturer… On prépare (déjà) l’été!

En mars, il est encore temps de semer vos plantes annuelles. Impatiens, tagètes, pétunias, cosmos, œillets... De quoi vous préparer un jardin bien fleuri cet été! N’oublions pas non plus les légumes en vue de bons petits plats remplis de soleil et des salades multicolores qui éveilleront autant les pupilles que les papilles: tomates, aubergines, poivrons, piments, blettes, brocolis, carottes, chou-rave, épinards, laitue, radis… .

Alors que certains semis de février seront déjà prêts à être repiqués, il n’est pas non plus trop tard pour bouturer vos plantes de terrasse. Pour ces étapes, boostez le développement de vos jeunes pousses en les plaçant dans une mini-serre où elles pourront s’épanouir à l’abri. Pour les boutures en particulier, veillez à une humidité constante sous leur propagateur en attendant le développement de racines.

Méfiez-vous aussi des petits rongeurs gourmands si vous stockez des graines dans votre serre. Certaines risquent bien d’éveiller leur appétit. Pour continuer d’aérer la serre en toute tranquillité, ACD vous conseille une 
porte moustiquaire . Et tant qu’on est dans les nuisibles potentiels, évoquons aussi les limaces et autres gastéropodes attirés par l’humidité ambiante de la serre … et le garde-manger qui s’y développe! Ne leur laissez aucune chance avec ce  piège à limace  non-toxique. 

La gamme Naturapy de DCM propose les nématodes en vente Au Jardin du Blanc Vivier.

DCM Phasmi-Guard®  

Limaces  

Limaces

Les gastéropodes, et en particulier les limaces (sans coquille), se réjouissent de feuilles tendres et de jeunes pousses. Ils peuvent ingurgiter jusqu’à 50% de leur poids corporel par jour. Ils vivent en moyenne 9 à 12 mois et déposent jusqu’à 300 oeufs durant cette période. Vous avez sans doute déjà observé ces petits amas de billes translucides en binant ou ratissant la terre. Après environ 3 semaines, les oeufs éclosent et 2 mois plus tard, les limaces peuvent se reproduire.


DCM Bio Anti-Limaces
 



suivez les conseils ci-dessous!
disponible en notre magasin, un conseil, une question  n'hésitez pas contacter!

La phalène brumeuse: active en hiver, vorace au printemps


Odoo CMS - une grande photo

Vous avez sans doute déjà observé des petits trous ronds dans les jeunes feuilles qui viennent de s’ouvrir sur de nombreux arbres ornementaux et fruitiers (la plante n’est pas mise à nu!) au printemps. Il est fort probable que ces dégâts ont été causés par la chenille de la phalène brumeuse, Operophtera brumata. C’est maintenant le moment idéal pour éviter que ces chenilles ne s’attaquent à nouveau à vos arbres/haies (chêne, érable, charme, peuplier …) et arbres fruitiers (pommiers, cerisiers, …) au printemps suivant.


A partir d’octobre, les mâles adultes de la phalène brumeuse se mettent à la recherche d’une femelle. Dépourvues d’ailes, les femelles grimpent sur le tronc de l’arbre pour attendre les mâles. Après l’accouplement, les femelles pondent jusqu’à 400 œufs qui font éclore des chenilles au printemps. Les chenilles mangent les premières feuilles et les bourgeons qui se développent sur les arbres, provoquant ainsi d’importants dégâts.


Appliquez dès maintenant DCM Opero-Pheromone®! Cette phéromone spécifique à l’espèce attire les mâles de la phalène brumeuse. Utilisée en combinaison avec un piège DCM Delta-Trap, muni d’une plaque engluée, elle permet de capturer les papillons mâles. Vous aurez ainsi une idée de l’ampleur de l’infestation, ce qui vous permettra de prévoir une stratégie adéquate de maîtrise.

DCM Opero-Pheromone®

Utilisez les capsules de phéromone en combinaison avec un piège DCM Delta-Trap pour surveiller la phalène brumeuse.

VOIR PRODUIT

Appliquez DCM Tree-Shield® sur les troncs des arbres ! Cette barrière physique protège les troncs contre les parasites qui veulent s’implanter dans l’écorce des arbres et permet également d’éviter les fissures de gel en hiver.

PLUS D'INFO



Octobre, l’automne s’installe au jardin


Fini l’été

En octobre, le travail dans la serre se fera moins intense. Après avoir débarrassé

la serre des plantes estivales telles que les tomates, concombres, melons,

poivrons et piments, il sera temps, à ce moment de l’année, de retravailler la terre voire de la renouveler en prévision des cultures à venir.

Les cultures en serre froide Au fur et à mesure que l’hiver approche, la serre froide sera de moins en moins utilisée pour la culture en raison des températures peu claimantes. L’automne offre cependant bon nombre de cultures et variétés de serre froide, telles que la salade de blé, le cresson de pleine terre, le persil, le cerfeuil, la roquette, les épinards, les radis…

Au mois d’octobre, la chrysanthème se fait reine. Résistante au froid, ses fleurs n’apprécieront pas les gelées.

Choisissez donc de les installer dans la serre en attendant leur pleine maturité. A cette période, la serre accueillera aussi les jacinthes et narcisses en végétation. Début décembre, placez-les au chaud pour lancer leur floraison. Ils décoreront ainsi votre table à Noël.

Et la chaleur alors?

Bien sûr, les cultures en serre chaude seront plus variées, en fonction de la température que vous décidez d’installer dans la serre. Dans tous les cas, mais particulièrement quand vous chauffez, prévoyez une  une bonne isolation afin d’éviter le gaspillage. Vous pouvez aussi délimiter des zones à chauffer pour limiter votre consommation d’énergie. 

Dès un maintien des températures à 5° à 8°C, votre serre pourra accueillir des jeunes primevères repiquées à la fin de l’été, ainsi que vos plantes de jardin pour l’hivernage. Sachez qu’il est aussi possible de protéger vos plantes de manière très ciblée, avec notamment des housses de protection pour plantes, pots et troncs.

Les règles d’or de l’été… inversées !

Alors que les jours se font plus courts et que la luminosité et la température diminuent, il s’agira à présent d’exposer vos plantes à un maximum de lumière. En fonction de vos cultures, vous souhaiterez peut-être booster leur croissance en installant des lampes spécialement conçues à ces fins. Alors que l’on contre les effets néfastes de la chaleur avec un arrosage copieux en été, il est important d’éviter les excès d’arrosoir en cette saison afin d’empêcher le développement de maladies.



En mai, le potager bat son plein!

(Pleine) terre en vue!


Ca y est, voilà le mois de mai, le retour des beaux jours et, avec eux, le travail qui s’intensifie au potager. Au début du mois, il est toujours temps de semer vos légumes de saison: radis, roquette, salade, carottes, oignons, chicorées, betteraves rouges, blettes, choux, courgettes, courges, épinards, haricots, persil, cerfeuil, cresson, coriandre, concombres, poivrons et piments, pommes-de-terre… 

Le plein de vitamines assuré pour l’été!

Mai est également synonyme de migration pour vos jeunes pousses vers la pleine terre. Prévoyez des voiles de forçage pour couvrir et protéger les plantes fraîchement repiquées en début de mois. Après le 15 mai et la fin des gelées, vous pourrez poursuivre ce travail l’esprit tranquille. Lors de la plantation en pleine terre, anticipez le résultat final afin de prévoir suffisamment d’espace entre les plantes. Pensez alors à la lumière, l’eau et l’aération nécessaires à leur bon développement. De plus, une bonne distance vous facilitera le travail autour des plantes.

Bien séparer les parcelles selon les espèces plantées vous permettra d’apporter les soins spécifiques aux légumineuses, légumes à feuilles et à racines. Il sera aussi judicieux de prévoir des repiquages en séries hebdomadaires. En échelonnant ainsi aussi les récoltes, vous dégusterez des légumes frais tout au long de l’été.

 

D’une manière générale, veillez à ce que les fruits (ou légumes) qui se développent restent propres et au sec. Utilisez des tuteurs pour vos plantes grimpantes, telles que les pois, haricots, cornichons, concombres, melons, capucines, etc. Paillez aussi les fraisiers et palissez les vignes. Une fois les fruits plus mûrs dans le jardin, pensez à protéger les arbustes sous des cages à fruits afin de ne pas devoir partager, malgré vous, le fruit de votre travail avec les gourmands et gourmets à plumes des alentours. Préparez-vous également à peut-être devoir lutter contre les parasites et maladies. Pour ce faire, préférez toujours des solutions sans pesticides, histoire de préserver votre santé et celle de vos proches. Une fois les repiquages effectués, sarclages, binages et arrosages constitueront les principales activités au programme du mois.